XI congrès de la Fondation européenne

pour la psychanalyse

Barcelone,  24, 25 et 26 mars 2017

LE SUJET EN SOUFFRANCE

Défis actuels pour la clinique psychanalytique et la clinique psychiatrique

La Fondation fut créée pour tenter de répondre aux problèmes cruciaux face auxquels se trouve la psychanalyse de nos jours, aussi bien du point de vue éthique que politique, et activer ainsi les actions possibles des psychanalystes d’une manière transversale, au-delà de l’appartenance institutionnelle ou non de chacun.

En français « le sujet en souffrance » signifie à la fois le sujet qui souffre et le sujet en attente. Celui-ci souffre précisément car il n’a pas encore pu se réaliser de façon effective, à cause d’une jouissance qui le paralyse. Il insiste cependant, de manière répétitive, par son symptôme, jusqu’à ce que quelqu’un l’écoute véritablement.

La bio-médicalisation de l’attention psychiatrique, c’est-à-dire les manuels de classification qui multiplient les diagnostics sans les inscrire dans la structure qui détermine les symptômes, sous prétexte que les « troubles » seraient dus aux altérations de la biochimie cérébrale, et les politiques sanitaires favorisant l’usage massif de psychotropes malgré les recherches qui mettent en doute leur efficacité, ont tendance à forclore la dimension singulière de chaque sujet, et par conséquent à empêcher l’écoute de celui-ci.

De cette façon, les psychiatres, dans leur activité institutionnelle, se trouvent à présent dans la position de contenir, ou de contrôler le malaise, sans pouvoir traiter ce qui est au-delà de la demande du sujet, et sans non plus le plaisir que ressentaient autrefois les psychiatres classiques lors de leur recherche scientifique. D’où le malaise des plus lucides et des plus engagés envers leurs patients.

Les psychologues qui appliquent les thérapies cognitivo-comportamentales, remettent également en question l’utilisation massive de médicaments, mais dans l’application de leur technique, ils s’adressent au sujet psychologique, conscient, dans le but de réadapter son comportement, bien que les neurosciences aient établi clairement qu’une grande partie de notre activité psychique soit inconsciente, tel que Freud l’avait bien découvert.

Cependant, il existe une différence fondamentale entre l’inconscient cognitif et l’inconscient psychanalytique. L’inconscient cognitif coïncide à grands traits avec ce que Freud décrivait comme préconscient : ce qui pouvait être conscient grâce à un certain effort d’attention.

En revanche, l’inconscient pour la psychanalyse est ce qui est refoulé, denié et refusé par le sujet, précisément parce qu’il est inacceptable pour sa conscience. En ce sens le symptôme exprime la division même du sujet, qui est le résultat de son incorporation au langage. Incorporation traumatique puisqu’elle implique la perte de notre être, introduisant dans l’être parlant une carence constituante dont il ne veut rien savoir.

Le langage nous humanise, en même temps qu’il nous aliène aux signifiants de l’Autre (la mère, le père, la famille, etc.). Il existe un savoir que le sujet ignore, qui lui est étranger, inconscient et qui, malgré tout, détermine son désir et ses modalités de jouissance, affectant son propre corps.

D’où le fait que le caractère traumatique rejeté, dénié ou refoulé de son histoire familiale revienne dans ses symptômes, dans l’attente d’une écoute qui rende possible la reconnaissance de la vérité de sa carence, même si celle-ci est mi-dite.

Cela demande une direction de cure – celle proposée par la psychanalyse – qui implique que celui qui la réalise, se place – paradoxalement – dans le lieu de ce qui cause le désir, dans le lieu de la carence, pour que le sujet soit l’agent de son élaboration et non le patient d’une thérapie, que ce soit celle qui réduit sa parole avec le médicament ou celle qui cherche à diriger sa conscience et son action.

Le défi pour nos disciplines est tout à la fois éthique et politique. Le sujet qui a recours à nous avec son symptôme, sa souffrance et sa douleur, demande du temps pour effectuer le deuil non seulement de ce qui a déclenché dans le présent son malaise mais aussi de ce que le conflit ou la perte actuels évoquent de son traumatisme constituant.

Le temps, à cause du discours capitaliste où nous sommes inclus, est quelque chose que l’on est en train d’élider dans l’attention psychiatrique et psychologique au nom d’une prétendue efficacité, en oubliant que le sujet, comme le disait Lacan, c’est le temps.

Comité Scientifique
Graziella Baravalle, Joan Bauzá, Ahmed Bouhlal, Néstor Braunstein, Gorana Bulat-­‐Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marielle David, Françoise Décant, Marcelo Edwards, Hélène Godefroy, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Laura Kait, Monique Lauret, Silvia Lippi, María José Muñoz, Rosa Navarro, Arlette Pellé, Gérard Pommier, Claus Rath, Ilda Rodriguez, Alejandra Ruiz, Silvia Saskyn, Izabel Szpacenkopf.

VENDREDI 24

9:00hs. INSCRIPTION

9:45hs. OUVERTURE : Marcelo Edwards

10:00hs. INTRODUCTION AU CONGRÈS : Gérard Pommier

10:15hs. Table 1 – Coordination : Marcelo Edwards

  • En défense de la subjectivité. “Plataforma en defensa de la salud mental pública” / En defensa de la subjetividad. “Plataforma en defensa de la salud mental pública”. Tessie Morandi
  • Pourquoi avec la psychiatrie ? / ¿Por qué con la psiquiatría ? Laura Kait
  • Melancholia / Melancholia. Silvia Yankelevich

11:45hs. Table 2 – Coordinación: Gricelda Sarmiento

  • El psicoanálisis ¿una práctica anti-­‐humanista? / La psychanalyse, une pratique anti-­‐humaniste?
    Silvia Lippi
  • «Un estereotipo de cada uno» / «Un stéréotype de chacun». Claude Lecoq
  • Determinaciones estigmatizadas. La violencia simbólica de los diagnósticos / Les déterminations stigmatisées.
    La violence simbolique des diagnostics. José E. Tappan
13:15hs. DÉJEUNER

14:45hs. Table 3 – Coordination : Graziella Baravalle

  • Entre l’électroshock et la parole: la douleur d’exister / Entre el electroshock y la palabra: el dolor de existir. Alfonso Gómez Prieto
  • De l’acte à la parole. Les sons du silence / Del acto a la palabra. Los sonidos del silencio. María Elena Sammartino
  • Le psychanalyste: du marrane obligé au marrane assumé / El psicoanalista: del marrano obligado al marrano asumido. Marc-­‐Léopold Lévy

16:15hs. Table 4 – Coordination : Alejandro Pignato

  • De quoi sommes-­nous coupables les parlêtres? Ponctuations psychanalytiques concernant le besoin de châtiment, la pulsion de mort et la voix / ¿De qué somos culpables los hablantes? Puntuaciones psicoanalíticas acerca de la necesidad de castigo, la pulsión de muerte y la voz. Ilda Rodríguez
  • La dette mélancolique; souffrir et jouir du “rien” / La deuda melancólica; sufrir y gozar del “nada”. Claire Gillie
  • Quelques précisions concernant la dépression, la mélancolie et la psychose maniaque-­‐dépressive / Algunas precisiones respecto de la depresión, la melancolía y la psicosis maníaco depresiva. Marcelo Edwards
17:45hs. PAUSE

18:15hs. Table 5 – Coordination : Joan Bauzá

  • Le paysage phobique ; l’échec de la trajectivité / El paisaje fóbico; el fracaso de la trayectividad. Serge Vallon
  • Le sujet, en quel sens ? / El sujeto, ¿en qué sentido? Roland Chemama
  • Le sujet de la psychanalyse: réalisation et opératoire transférencielle des théorèmes de Gödel / El sujeto del psicoanálisis: realización y operatoria transferencial de los teoremas de Gödel. María José Muñoz

 

19:45hs. FIN
SAMEDI 25: SALE I

9:00hs. Table 6 – Coordination : Rosa Navarro

  • La folie et/ou la psychose en psychiatrie et en psychanalyse / La locura y/o la psicosis en psiquiatría y en psicoanálisis. Silvia Saskyn
  • Enseignements qu’on pêche au vol / Enseñanzas que se pescan al vuelo. Graciela Elosegui
  • Favoriser la triangulation dans la psychose / Promover la triangulación en la psicosis. Ignacio Rodríguez

10:30hs. Table 7 – Coordination: Cristina Jarque

  • Les envahissements / Las invasiones. Gisela Avolio
  • Le sujet, entre trauma et violence / El sujeto entre trauma y violencia. Gricelda Sarmiento
  • Sublimation et violence / Sublimación y violencia. Claus D. Rath
12:00hs. PAUSE

12:30hs. Table 8 – Coordination: Alejandro Pignato

  • La sociedad monosintomática de sujetos dopados / La société monosymptomatique des sujets dopés. Belén Rico
  • Topamax, epilepsia y psicoanálisis / Topamax, épilepsie et psychanalyse. Cristina Jarque
  • Prozac, menopausia y psicoanálisis / Prozac, ménopause et psychanalyse. Lola Burgos
14:00hs. DÉJEUNER

15:30hs. Table 9 – Coordination: Alejandro Pignato

  • Le rapt d’Europe ou la transmission dans la culture / El rapto de Europa o la transmisión en la cultura. Soraya Ayouch
  • L’île sans pères et le biomatriarcat / La isla sin padres y el biomatriarcado. Laura Pigozzi
  • Le père et le fils n’ont rien à se dire / El padre y el hijo no tienen nada que decirse. Luigi Burzotta

17:00hs. Table 10 – Coordination: Gricelda Sarmiento

  • Un sujet toujours en souffrance pour se manifester / Un sujeto siempre a la espera de manifestarse. Rosa Navarro
  • La nevrose obsessionelle, difficultés dans le diagnostic et la direction de la cure / La neurosis obsesiva, dificultades en el diagnóstico y en la dirección de la cura. Graziella Baravalle
  • Les langues et le corps dans un cas de psychose: un transfert particulier / Las lenguas y el cuerpo en un caso de psicosis: una transferencia particular. Alejandra Ruiz
17:30hs. PAUSE

18:00hs. Table 11 – Coordination: Silvia Lippi

  • Le sujet en souffrance: essentiel à la mise en forme de la demande dans la pratique de la consultation analytique / El sujeto que sufre (a la espera): esencial a la puesta en forma de la demanda en la práctica de la consulta analítica. Carmela Gurnari
  • Souffrance et désir de reconnaissance / Sufrimiento y deseo de reconocimiento. Monique Lauret
  • Le cri suspendu de Munch ! / El grito suspendido de Munch ! Hélène Godefroy
19:30hs. FIN

19:30hs. – 20:45hs. ASSEMBLÉE DE LA FONDATION

21:30hs. DÎNER

SAMEDI 25 – SALLE 2

9:00hs. Table 12 – Coordination : Marcelo Edwards

  • Le sujet psychotique et la souffrance / El sujeto psicótico y la souffrance. Luis Tarragona
  • Per via di levare. Un cas d’obésité “morbide” dans une cure analytique / Per via di levare. Un caso de obesidad “mórbida” en una cura analítica. Verónica Bogao
  • La prostitution comme tentative de territorialisation du corps chez Nelly Arcan / La prostitución como intento de territorialización del cuerpo en Nelly Arcan. Isabel Fernández

10:30hs. Table 13 – Coordination: Joan Bauzá

  • Cure analytique et nouvelles formes de communication / Cura analítica y nuevas formas de comunicación. Carmen Ferrer
  • La parole et l’écriture / La palabra y la escritura. Mariángeles Moltó
  • Souffrance esthétique du sujet contemporain / Sufrimiento estético del sujeto contemporáneo. Cristina Cernat
12hs. PAUSE

12:30hs. Table 14 – Coordination: Graziella Baravalle

  • Le diagnostic des enfants: réponse ou piège? / El diagnóstico de los niños: ¿respuesta o trampa? Alessandra Monachesi Ribeiro
  • Une transmission en souffrance ? Le cas des enfants d’exilés politiques chiliens en Suisse / Una transmisión a la espera/que hace sufrir? El caso de los hijos de los exilados políticos chilenos en Suiza. Manon Bourguignon
  • À l’écoute du TDAH / Atendiendo al TDAH. Lucía Pose
  • Le symptôme et l’estructure du sujet dans l’enfance / El síntoma y la estructura del sujeto en la niñez. Lili Donzis
14:30 hs. Fin / DÉJEUNER
DIMANCHE 26

9:00hs. Table 15 – Coordination : Rosa Navarro

  • Néolibéralisme et souffrance psychique / Neoliberalismo y el sufrimiento psíquico. Izabel Szpacenkopf
  • Le sujet exclu dans la perversion du système capitaliste et incidence de la psychanalyse / El sujeto excluido en la perversión del sistema capitalista: síntomas e incidencia del psicoanálisis. Joan Bauzá
  • Société néolibérale, pauvreté et groupes de dynamisation sociale / Sociedad neoliberal, pobreza y grupos de dinamización social. Josep Moya Ollé

10:30hs. Table 16 – Coordination : Silvia Lippi

  • Subjectivité et clinique contemporaines / Subjetividad y clínica contemporáneas. Víctor Korman
  • L’experiènce psychanalityquement orientée avec des personnes afectées par la crise / La experiencia psicoanalíticamente orientada con personas afectadas por la crisis. Lluis Isern
  • La souffrance de ne pas souffrir. Pour évoquer et réfléchir à certains cas d’hommes en particulier, qui viennent avec la plainte d’être inaffectif comme l’héros de « L’étranger » / El sufrimiento de no sufrir. Para evocar y reflexionar sobre la queja de algunos hombres en particular, que vienen con la queja de no ser afectivos, como el héroe de “El extranjero”. Marielle David
12:00hs. PAUSE
  • 12:30hs. Table 17 – Coordination : Graziella Baravalle
  • … la souffrance… ou pire ! / …el sufrimiento…o peor ! Amhed Bouhlal
  • Psychoses, sexualité, subjetivité, paternité / Psicosis, sexualidad, subjetividad, paternidad. Gorana Bulat-­‐Manenti
  • Qu’est-­ce que le désir? Est-­il interprétable? / ¿Qué es el deseo? ¿Es interpretable? Gérard Pommier

14:00hs. CLOTÛRE DU CONGRÈS: Graziella Baravalle

Comité d’Organisation
Graziella Baravalle, Marcelo Edwards, Annick Juredieu, Laura Kait y Rosa Navarro.
Information : baravalle@telefonica.net

Facebook