Convergencia, la fondation dans l’actualité

Une tentative de rapport démocratique entre associations

par Hélène Godefroy

Le 28 et 29 septembre, à Paris, aura lieu la rencontre internationale de Convergencia, avec l’objectif de faire avancer la politique de la psychanalyse dans le monde. Avec un style de relation égalitaire et sans chefferie, ce mouvement inter-linguistique reste fidèle, dans ses échanges et son dispositif, a l’opposition irréductible entre le discours du Maitre et celui de l’analyste. Lorsque cette distinction n’est malheureusement pas établie, l’expérience montre au quotidien une psychanalyse utilisée comme un instrument de pouvoir personnel, ou pire, utilisée de façon perverse. La portée des enjeux de Convergencia est à la fois d’en finir avec la Doxa, et l’asservissement volontaire à une figure unique. Et à la fois de permettre aux institutions psychanalytiques d’opérer un retour vers une gestion associative démocratique. C’est là son but !

 Ce Mouvement lacanien pour la psychanalyse freudienne, d’envergure internationale, fondée en 1998, rassemble aujourd’hui, d’un continent à l’autre, 33 associations psychanalytiques de 8 nationalités différentes, dont la FEP, EFBA, EFA, IPB, Maiêutica Florianopolis, PLFE, EFMontevideo, Apertura, Analyse freudienne, Après-coup, CCAF, Dimensions de la psychanalyse, et beaucoup d’autres ayant participé à sa fondation, grâce aussi à des représentatives du monde analytique, sans lesquelles le projet n’aurait pu se réaliser. Ainsi Isidore Vegh, Roberto Harari, Daniel Paola, Pura Cancina, Sergio Contardi, Alejandra Ruiz, Ilda Rodriguez, Jacques Nassif, René Lew, Alain Didier-Weil, Gérard Pommier, Jean- Jacques Moscovitz, Robert Levy, Nabil Fares, Paolo Mieli, Pierre Smet et quelques-autres ont de concert contribué, il y a maintenant plus de 30 ans, à la naissance de cette collaboration mondiale pour la défense de la psychanalyse.

Convergencia c’est en effet tout un état d’esprit ! Sa création a été une nécessité d’abord politique : constituer un consensus international afin de préserver la laïcité de la psychanalyse et garantir sa place dans la cité. …Mais pas seulement ! C’est aussi un désir commun de démocratie corroboré par l’idée d’instituer une éthique dans le lien d’échange entre psychanalystes afin d’éviter à la psychanalyse d’être instrumentalisée et corrompue.

Dès lors, ce mouvement inter-linguistique défend et favorise la parole du sujet et notamment les enjeux singuliers se son désir, toujours plus menacés par le discours capitaliste, scientifique et religieux, qui ne cessent de tenter de s’imposer comme des Vérités universelles. Au regard du sujet divisé, Convergencia a le souci de la pensée multiple, et donc celui d’être un lieu de recherche clinique et conceptuel privilégié par la rencontre de psychanalystes de culture différente.

 D’un continent à l’autre l’inconscient n’a pas de frontière. Les Congrès bisannuels, les nombreux colloques, groupes ou cartels régionaux et internationaux, mués par un désir de travail et d’échange, se constituent pour faire avancer les questions cruciales (psychanalytiques, transférentielles, sociétales, politique, etc.). La liberté de parole assure la mise en commun d’une réflexion hétérogène nourrit de la diversité culturelle et des champs sociaux, et donc de la diversité des pratiques.

 Au demeurant, l’enjeu politique majeur qui différencie ce Mouvement de toute autre association psychanalytique, est sans aucun doute d’offrir à ses institutions membres un espace international libre de toute forme de pouvoir institutionnel, sans autorité pyramidale ou directoire, en empêchant notamment l’hégémonie d’une langue sur les autres, la suprématie d’une association ou d’un pays au dépend des autres, sinon l’auto-proclamation d’un chef de file.

Ce dispositif ouvert et autonome a créé, à ce titre, un Comité de liaison général, devant se réunir une fois par an, alternativement en Amérique et en Europe. Il tient lieu d’instance décisionnelle, dont le vote est pris en compte à la majorité simple et uniquement lorsque au moins deux tiers des délégués des associations membres sont présents. Ainsi les statuts et les modalités de fonctionnement du Mouvement sont élaborées sur cette base démocratique. Toutes modifications statutaires dépendant de ce CLG annuel.
Précisément, Convergencia se veut « une réplique adéquate aux formes nouvelles que prend aujourd’hui le malaise dans la civilisation ».

Facebook