Éditorial Par Cristina Jarque

mars 2019

Mon expérience concernant la transmission de la psychanalyse à partir de l’Espagne
En tant que vice-présidente de la FEP j’ai conscience de la grande responsabilité que j’ai de faire connaître le magnifique travail de mes collègues, membres de la FEP, qui luttent sans répit jour après jour pour notre cause commune : l’amour pour la psychanalyse. Une manière pratique et simple de le faire a été de concevoir que nos cours et séminaires à Tolède et Madrid se basent sur les textes que les collègues écrivent dans nos livres. Un des principaux objectifs de Lapsus de Toledo a été de nous internationaliser pour faire connaître le travail de tous et de chacun de nos membres, qui pour la plupart sont aussi membres de la FEP.
Actuellement nous avons publié 17 livres en Espagne et nous commençons à publier au Mexique. Nous réalisons des vidéo-conférences depuis l’Espagne pour organiser des colloques en Amérique Latine, en invitant des collègues membres de la FEP. Nous avons des cours de l’association EnsoñArte qui se consacre à la psychanalyse et à l’art, nous avons un cartel, nous travaillons régulièrement avec les Ambassades du Mexique et du Pérou ainsi qu’avec l’Athénée de Madrid.
Nous avons organisé sept colloques pour la FEP en Espagne et une Table ronde. À partir du travail du cartel, j’ai eu l’idée de créer une méthode différente pour défendre la psychanalyse : ainsi sont apparus les Monologues Féminins.
Je souhaitais transmettre les concepts psychanalytiques de manière dynamique, séduisante, intéressante mais surtout novatrice. Je voulais capter l’attention du public espagnol, ce public qui ne vient pas dans les institutions pour écouter parler de psychanalyse, et n’a pas non plus l’intention de se former comme psychanalyste. Les Monologues Féminins nous ont permis d’élever la voix contre la violence faite aux êtres vivants, sous toutes ses formes, en partant d’intenses réflexions sur la psychanalyse et la culture. Nous ne parlons pas seulement de la violence faite aux femmes, mais de la violence en général. Dans notre groupe les hommes sont inclus et travaillent pour cette cause, forts et solidaires à notre côté. En dépit de plusieurs collègues qui nous ont critiqué durement mais dont les critiques ne nous ont pas fait plier. Cela a été une réussite ! Actuellement nous avons plusieurs demandes de collègues psychanalystes qui désirent faire des monologues féminins aussi bien en Espagne qu’au Mexique, en Costa Rica, au Pérou et l’idée se développe sans arrêt. Projets : notre groupe a pris une dimension internationale, des sièges du Lapsus de Toledo se sont fondés dans plusieurs cités d’Europe et d’Amérique et nous commençons à entrer en Asie (en 2018 nous avons présenté à Shanghai avec un grand succès le livre La Mère Ravage). En février nous avons présenté un livre et deux Monologues Féminins au Pérou. En mars (pour célébrer le mois de la femme) nous avons prévu plusieurs événements internationaux autour de nos Monologues Féminins : Réflexions contre la violence. En juin nous présenterons un livre en anglais “Millennial children: Trapped parents” dans la prestigieuse Université de Princeton aux USA. Nous présenterons aussi deux livres à Washington. Nous aurons des colloques avec le Mexique par vidéo-conférences depuis l’Espagne : en mai, à Mexico, en ayant comme invitée spéciale Claire Gillie, et à Oaxaca, en ayant comme invitée Maite Fernández, en octobre Hélène Godefroy, en décembre le cinquième Congrès en ayant comme invitée Aspasie Bali. En juillet nous ferons un événement de la présentation du livre des Monologues Féminins à l’ambassade du Mexique à Madrid. En novembre nous organiserons le colloque de la FEP à Madrid qui aura pour titre Psychanalyse : histoire et actualité. En mai 2020 nous réaliserons notre sixième Congrès Lapsus de Toledo Mexique sur les enfants. Plusieurs collègues membres de la FEP de la FEP iront à Mexico, Toluca et Puebla pour réaliser une grande quantité d’événements de psychanalyse, littérature, poésie et art. Continuons ! Sans nous presser mais sans nous arrêter…

 

Facebook