De la part de Psychanalyse Actuelle

Psychanalyse, art… et au-delà, Sur les pas d’Alain Didier-Weill

Séminaire organisé par l’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse

Samedi 1er février de 9 h 3o à 18 h 3o
Association des étudiants protestants
4, rue Titon
75011 Paris

Lors de la journée du samedi, nous tenterons de dégager l’apport singulier d’Alain Didier-Weill à la psychanalyse en particulier sa conception du réel exposée principalement dans « Un mystère plus lointain que l’inconscient » (Aubier,zow). Quelques courtes interventions introduiront les trois tables rondes ci-jointes.

Insistance et Transmission, animation Anne Santagostini

Cette table ronde sera consacrée à la mise en perspective de l’Inter-Associatif. Pensé dès 1991 lors du colloque à la Sorbonne, l’essence de l’Inter-Associatif, c’est ce trait inter, signe de l’hétérogène soutenu par les associations.

 Michèle Skierkowski (CCAF) rapportera les entretiens qu’elle a eus avec Michel Guibal et Alain Didier-Weill, fondateurs avec d’autres, de l’Inter-Associatif de Psychanalyse (avant de devenir Inter- Associatif Européen de Psychanalyse en 1994, puis constitué en association régie par la loi 1901 en 2013).

Ensuite le bref exposé d’une mémoire singulière ouvrira les échanges avec les participants.

Le réel pour Alain Didier-Weill, animation Sophie Collaudin

Le « oui » originaire (Bejahung) au logos est, pour S.Freud l’acte psychique fondateur de l’inconscient, pour J. Lacan il permet à travers une «jouissance autre » un lieu d’existence à un commencement : « le réel ». Ce réel créé par le « refoulement originaire » opéré par le verbe, et noué par l’imaginaire au symbolique se situerait entre le verbe et le corps et n’est pas l’expérience d’un signifiant renvoyant à un autre signifiant. A. Didier-Weill en ayant visité les sources de Freud et de Lacan et bien d’autres, et écouté des artistes, propose, à partir par exemple de la métaphore du danseur ou du potier, une dynamique de ce réel pouvant ouvrir des voies vers d’inouï, l’invisible, et donc une autre écoute. Si les psychanalystes ne désespèrent pas du réel, même les personnes figées dans l’autisme, la schizophrénie, la mélancolie pourraient peut-être trouver un « signifiant nouveau » soutenant leur vie réelle et symbolique. Quelle est la singularité de son travail concernant le réel et quelles ouvertures apporte-t-il au travail psychanalytique ?

« J’ai essayé d’introduire quelque chose qui va plus loin que l’inconscient », animation Pierre Boismenu

Alain Didier Weil reprenant cette suggestion de Lacan du 16 novembre 1976, s’est employé à en soutenir le questionnement jusqu’à son presque dernier livre au titre explicite : « Un mystère plus lointain que l’inconscient ». C’est en effet la pratique analytique elle-même qui exige d’aller au-delà de ce sur quoi a buté Freud et que Lacan a formulé comme « au-delà de l’CEdipe » voir « au-delà de la castration », pour que l’acte analytique soit effectif. Comment rendre compte que le refoulement originaire peut être au moins partiellement rejoué ? Qu’est-ce qui pousse à advenir à la parole un simple vivant ? … Les théorisations sans cesse remises sur le métier qu’ADW nous propose en répondent en prenant le risque de côtoyer le mythe, la religion, la métaphysique, la musique, etc. puisque le logos est ici débordé dans sa capacité à rendre raison de ce qui en précède l’institution. Comment entendre ce pas-au-delà ? 

L’I-AEP propose une soirée et une journée de travail en hommage à Alain Didier-Weill, l’un des fondateurs de l’Inter-Associatif Européen de psychanalyse décédé le 17 novembre 2018.

Contact et information par email : I-AEP: iaep.eu@gmail.com

Facebook