Séminaires des membres de la FEP,  mai 2021

Lundi 3 de 19 à 21 h
Paris

  • Séminaire de Marilia Etienne Arreguy / Brésil

Universidade Federal Fluminense – Rio de Janeiro GAP(E) – Grupo Alteridade Psicanálise e Educação /A2IP / FEP Groups, institutions et clinique du social
En portugais : travail sur deux 2 textes de Wilfried Bion
Contact :
mariliaetienne@id.uff.br

Vendredi 7 

  • Séminaire de Michel Heinis / Bruxelles
    Michel Heinis présentera son livre : L’adolescence en veut !
    Editions érès
    Contact : michelheinis15@gmail.com

Samedi 8 à 15 h

  • Séminaire de Monique Lauret / Toulouse

Lecture croisée Solange Faladé et Lacan.

Dans son ouvrage Clinique des névroses Solange Faladé développe ce premier temps de rencontre avec l’Autre. L’enfant va être marqué, « morcelé »1, dit-elle par les signifiants S1 qui viennent du champ de l’Autre, ces signifiants disent de lui avant même qu’il ne soit. Cet infans qui n’est pas encore sujet reçoit donc au moment du premier appel le signifiant de l’Autre, c’est le oui au signifiant, la Bejahung dont parle Freud ou le masochisme primordial pour Lacan, dans la soumission au signifiant, l’infans entre dans le langage. Nous terminerons lors des sessions de mai et juin 2021, la lecture de cet ouvrage important pour penser les atteintes au langage actuelles. Contacter : lauretmonique@wanadoo.fr

Mardi 11  à 20 h 30
en ZOOM

  • Séminaire CRIVA

Le bégaiement à l’épreuve de la psychanalyse
avec Loni Inguanez et Mauricio Maliska.
Écrire à : voixanalysecriva@gmail.com pour recevoir les identifiants.

Lundi 17 à 19 h 30

  • Séminaire de UMBRAL / Barcelone

La Psychanalyse et ses psychanalystes
Séminaire coordonné par Graziella Baravalle et Laura Kait.
Présentation théorique : Rosa Navarro
Présentation clinique : Alejandra Quintas.
coordinacion@umbral-red.org

Mardi 18 à 21 h
en ZOOM

  • Séminaire de Gorana Bulat-Manenti

L’acte analytique et ses conditions face aux dogmes et aux préjugés tenaces

Quelques bulles d’oxygène paraissent nécessaires pour réanimer une psychanalyse menacée non seulement par ses détracteurs (certainement affolés par ce qu’ils pourraient découvrir s’ils acceptaient de regarder en face leurs vicissitudes plus ou moins inconscientes), mais aussi par les préjugés et les récitations de dogmes. Nous devons changer cette néfaste négligence, qui concerne les positions libératrices de notre époque, les mouvements de prises de parole de ceux qui subissent tant de pressions, d’exclusions et de brimades lorsqu’ils se décident enfin à dire. Si la psychanalyse veut racheter son honneur, elle se doit de casser les chaînes perfides qui l’attachent aux durs silences, et tout d’abord celles qui entourent l’inceste. La psychanalyse se doit de rejoindre la libération de la parole, la parole des enfants, des adolescents, des femmes, des hommes qui ont subi des crimes incestueux. Une fille sur cinq et un garçon sur onze ont été victimes de violences sexuelles, exercées la plupart du temps par un très proche, une personne de leur famille : 91 % des agresseurs se trouvent dans l’entourage proche de la victime, 51% des victimes le sont avant l’âge de onze ans, 78% de ces victimes sont des filles. Une loi adoptée par le législateur et le vote des députés ce jeudi 15 avril 2021 mentionne enfin l’interdit de l’inceste, le mot tabou est prononcé enfin par la loi, mais uniquement pour ce qui concerne l’inceste subi par les mineurs ! Cela voudrait dire qu’au-delà de 18 ans, l’inceste n’est pas interdit, n’est pas reconnu comme destructeur. Drôle de progrès ! Un adulte pour qui l’inceste est autorisé va vite glisser vers un abus sur mineur, car l’interdiction claire, sans appel, n’est pas prononcée. En tant qu’analystes nous avons tous les jours dans notre métier affaire à des souffrances difficilement solubles dans la vie de nos patients. Les voix d’exploration que l’inconscient offre par l’association libre, l’acte manqué, le lapsus, le rêve etc. nous donnent les preuves que les racines de ces douleurs, angoisses, empêchements d’agir, honte d’exister, appartiennent au domaine brutal de l’incestueux, aussi bien dans l’enfance qu’à l’âge adulte. La question du consentement se pose de manière plus aiguë encore, elle est à approfondir et à explorer, nous en avons les outils. Dans le séminaire du mois de mai, nous allons travailler – à partir de la clinique – les modes d’exploration analytiques que sont les formations de l’inconscient. Ces dernières dévoilent les vérités troublantes et inacceptables dans tout ce qui concerne l’inceste, lorsqu’il est accompli non seulement avant 18 ans mais durant toute la vie avec ses conséquences et son inévitable répercussion sur les plus jeunes. L’interdiction de l’inceste fonde notre humanité, sans différence d’âge, si elle est bafouée, l’humanité entière en prend un coup honteux.

Pour obtenir le lien zoom : fondationeuropsy@gmail.com

Mardi 18 mai
par SKYPE de Toulouse

  •  Séminaire de Marie-Jean Sauret / Toulouse

L’@psychanalyse apsychanalyse, Marie-Jean Sauret

Dans tous les cas, il est sûr que la présence du psychanalyste doit mobiliser autre chose et plus que celle du corps des protagonistes.
Contact :
apsychanalyse@gmail.com

Mercredi 19 à 21 h 15
Séminaire Espace analytique
par ZOOM

  • Séminaire d’Orsola Barbéris et d’Ahmed Bouhlal / Paris

Suicide du nom et suicide du corps
Orsola Barberis 06 22 13 16 73 // Ahmed Bouhlal 06 73 48 83 70

Jeudi 20 à 11 h

  • Séminaires de Jean-Jacques Tyszler :

Marie José Durieux 
Bion/ Lacan, quelle psychanalyse en partage ?

Vendredi 21 à 14 h
178 rue de Vaugirard, 75015 Paris

  • Séminaire CMPP de la MGEN

Du réel des Lieux et des Terrains,
Animé par Ilaria Pirone, Carolina Porto, Daphné Cohen, Aïcha Fisher et Tyszler Jean-Jacques. Préparation de la journée d’étude de juin sur les trajets des femmes dans l’exil.

Jeudi 27 à 20 h 45
Espace analytique
par ZOOM

  • Séminaires de Claire Gillie / Paris

De l’Au-delà à l’Ailleurs.
Écrire à : gillie.claire@gmail.com pour recevoir les identifiants.

Jeudi 27 à 21 h 15
par visio-conférence

  • Séminaire d’Hélène Godefroy et d’Orsola Barbéris / Paris

L’hallucination
Pour obtenir le lien : helene-godefroy@orange.fr

Jeudi 27 à 12 h

  • Séminaire de Gricelda Sarmiento / Paris

Association Lacanienne Internationale /Fondation Maison des Sciences de l’homme / Fondation Européenne pour la Psychanalyse

L’identification sur fond du Malaise dans la Culture

Nous poursuivrons le dialogue avec Roland Meyer autour de la topologie du tore et du cross-cap. La topologie psychanalytique s’inscrit dans les rapports entre des éléments mathématiques-logiques définis en tant que lettre-signifiants. Ceci est confirmé par la pratique de certains analystes comme Silvia Amigo, Marc Darmon, Clara Cruglak, Marcelo Edwards, Cyrille Noirjean, Thatyana Pitavy, entre autres. Le topologie du tore débute avec la référence aux frères Karamazov, celle du cross-cap finit avec Dostoïevski, Blanchot, Bataille, Klossowski, sans oublier le Rashomon de Kurosawa. Le merveilleux génie de la langue, légitime les propos émis par Lacan au cours de l’année. Lacan reviendra rarement sur le cross-cap après que celui-ci lui a permis l’éclaircissement de l’angoisse. L’objet de désir se correspond avec l’objet de la castration, voilà ce qui est révélé au coeur du fantasme dans l’angoisse. Nous vous attendons, hélas par Zoom, le 27 mai, 4ème jeudi du mois, à 12h. Le lien vous sera envoyé la veille. Inscriptions : gricelda.sarmiento6@gmail.com

Facebook
error: Contenu protégé