Grandes marches féministes contre les violences faites aux femmes

Les psychanalystes sont-ils concernés ?

Sous le hashtag de “Nous toutes”, plus fédérateur que “Balance ton porc” ou “Me too”, et avec le soutien de multiples associations, de deux cents personnalités et de syndicats comme la CFDT et la CGT, cette manifestation qui sera aussi internationale est un nouveau pas en avant pour en finir avec l’impunité des agresseurs et les ambiguïtés de la loi actuelle.

Les faits sont connus et devraient à eux seuls soulever l’indignation. Quelques chiffres en donnent la mesure : 86% des françaises ont été victimes d’agressions sexuelles au cours de leurs vies. Il y a 184 000 victimes par an. En 2016, 123 femmes ont été tuées.

La psychanalyse est porteuse d’un espoir de la libération des oppressions sexuelles. Elle n’est pas neutre, et se taire serait déjà se compromettre. La répression millénaire des femmes par les hommes s’est appuyée sur un tabou constant du féminin, dans la mesure où les hommes ont peur des femmes, de leur beauté, de leurs orgasmes. Freud en 1903 avait découvert la bisexualité psychique, qui interdit de régenter la vie amoureuse au nom d’un seul modèle, qui fait du féminin l’esclave du masculin. Ils ont construit des religions qui justifient leur violence, nées de leurs peurs. Les grands écrits de la psychanalyse attestent de ce ressort inconscient où l’impuissance des hommes devant la grandeur des femmes les a poussés et les poussent encore à la violence. Le mouvement féministe actuel toujours plus fort sera aussi une libération pour eux. Il sera une libération aussi pour ceux des psychanalystes qui continuent de soutenir un patriarcat en bout de course. C’est l’heure de mettre un terme à sa violence.

Les signataires de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse se déclarent solidaires de la Manifestation du 24 novembre.

Marilia Etienne Arreguy, Christiane Babled, Aspasie Bali, Olivier Brunschwig, Gorana Bulat-Manenti, Christiane Cortial -Lecuyer, Hélène Godefroy, Brigitte Lalvee, Emerique Maria, Rosa Navarro Fernandez, Gérard Pommier, Laure Westphal, Markos Zafiropoulos