Fondation européenne pour la psychanalyse

Claude Dumézil, Charles Melman, Gérard Pommier et Moustapha Safouan ont créé la Fondation Européenne pour la Psychanalyse en 1991. Son siège est à Rome. Elle a visé en premier lieu à répondre aux menaces de réglementation de la psychanalyse en Europe par Bruxelles.

• Suite : La formation du psychanalyste en Europe
• Historique et fonctionnements de la FEP
• Statuts

• Lettre de candidature de Jean-Marie Fossey, élu Président de la FEP

Informations

Pour ceux qui veulent s’informer des événements en cours à Paris VII, qui concernent plus généralement l’avenir de la psychanalyse

cliquez ici :

Article 1

Article 2

 

 

Édito de décembre 2019

par Cristina Jarque, Vice-présidente de la FEP

Je partage avec mon collègue Roland Chemama le poste de vice-présidente de la Fondation européenne pour la psychanalyse. Pour moi, c’est une grande responsabilité que j’assume avec une grande satisfaction, mais aussi avec mon grand engagement au travail. Ce que je veux en tant que vice-présidente de la FEP, c’est que nous continuions à avoir de belles réunions de travail de chaque côté de l’océan.

Lire la suite

Madrid 2019 : L’événement psychanalytique de l’Aténéo

Le mot d’ouverture de Jean-Marie Fossey, président de la FEP, le 22 novembre.

« Vous êtes tous présidents », c’est avec cette petite phrase que Gérard Pommier concluait l’assemblée générale de Palerme, après l’élection d’un nouveau bureau, en un instant à peine élu président, me voilà déchu. Mais… pour la bonne cause, au président entouré d’un bureau qui dirige, il proposait un président, un bureau qui accueille les propositions et les soutient.

Lire la suite

Débats

Les prochains colloques
de la FEP

 

MADRID
du 22 au 24 novembre 2019

La Psychanalyse : Histoire et Actualité   Lire la suite

FLASH NEWS

L’affaire du Nouvel Observateur

Le vendredi 25 octobre, nous sommes au Congrès de Palerme. Nous apprenons qu’une tribune vient de paraitre dans le Nouvel Observateur. Elle demande l’interdiction de la psychanalyse dans les tribunaux, et l’interdiction de son enseignement à l’université. Dominique Roth, un contact de Gérard Pommier, nous communique le texte et il propose les grandes lignes d’un droit de réponse. Dans le bar d’un hôtel, le soir du 26 et jusque tard dans la nuit, Aspasie Bali, Gorana Manenti, Gérard Pommier et Jeannette Daccache qui passait dans le hall, rédigent un droit de réponse. Vous pouvez retrouver ces tribunes sur le site du Nouvel Observateur, en tapant « psychanalyse » dans l’onglet recherche. Il nous a paru inutile de chercher à obtenir d’autres signatures, car plusieurs analystes en vue avaient annoncé qu’ils préféraient ne pas répondre. Il nous a semblé qu’entrer dans une discussion pour les convaincre aurait fait perdre du temps. Le dimanche matin, nous envoyons donc notre droit de réponse au Nouvel Observateur. Le lundi matin, il est publié. Mais cela ne s’arrête pas là. Le mardi, une journaliste du figaro expose les arguments de la tribune de Sophie Robert sur quarante lignes, et nos arguments sont résumés en huit lignes. La présentation de cette journaliste est nettement défavorable à la psychanalyse.

L’affaire du Nouvel Observateur

Cette tribune du Figaro est beaucoup plus nocive, car elle est publiée sur la version papier. Nous demandons aussitôt un nouveau droit de réponse. Le Figaro ne répond pas. Nous relançons, et cette fois-ci le Figaro publie seulement le lien qui renvoie au site du Nouvel Observateur. Ce n’est pas ce que nous avons demandé. Nous voulons une réponse sur la version papier. On en est là, au moment où ces lignes sont écrites. Entre temps, les psychanalystes universitaires membres du CNU publient un texte qui est vraiment bien. Ils l’envoient au Nouvel Observateur. Mais c’est un peu trop tard. Le Nouvel Observateur accepte de le publier, mais seulement sur le site cadenassé réservé aux seuls abonnés.
Si l’on voulait tirer la morale de cette histoire, nous avons l’impression qu’une majorité importante de collègues préfèrent adopter des positions défensives, ou même le silence. Cela nous semble une erreur. La muraille de Chine ou la ligne Maginot n’ont jamais servi à rien. Machiavel écrit que lorsqu’une guerre se déclare, les forteresses sont toujours les points les plus faibles. Donc, nous nous demandons s’il n’y a pas lieu d’insister pour obtenir un droit de réponse du Figaro. Cette fois-ci, nous avons demandé à une large communauté de collègues ce qu’ils en pensent. Nous en sommes là, à l’heure où ces lignes sont écrites.

Gorana Manenti, Aspasie Bali, Jeannette Daccache, Gérard Pommier

 

Facebook