Fondation européenne pour la psychanalyse

Claude Dumézil, Charles Melman, Gérard Pommier et Moustapha Safouan ont créé la Fondation Européenne pour la Psychanalyse en 1991. Son siège est à Rome. Elle a visé en premier lieu à répondre aux menaces de réglementation de la psychanalyse en Europe par Bruxelles.

• Suite : La formation du psychanalyste en Europe
• Historique et fonctionnements de la FEP
• Statuts

• Lettre de candidature de Jean-Marie Fossey, élu Président de la FEP

Informations

Tribune
Que dirait Freud de l’actuelle pandémie mondiale ?

Freud a pris des positions politiques lors des deux guerres mondiales, avec Romain Rolland et Einstein. Aujourd’hui dans les circonstances de la pandémie, des psychanalystes constatent un « déni » de la réalité de la part de responsables politiques. Le virus n’est pas responsable.  Il a contaminé la planète sans états d’âme et sans faire de distinction. L’Homme d’Etat lui a laissé la place libre : il était prévenu du danger, il n’a pourtant rien prévu. C’est une vraie tache aveugle au sens freudien du terme, qui cache le désir inconscient.
De multiples alertes ont annoncé la pandémie : la contagion d’Ebola, puis de ESB, du SRAS, des grippes aviaires et porcines. Elle a servi de scénario à des films, des livres de science-fiction. Des centaines d’articles scientifiques l’ont prévu. Bush, président de la première puissance mondiale, a déclaré en 2005 : If we wait to a pandemic to appear, it will be too late to prepare – “si on attend, il sera trop tard”.
lire la suite

Newsletter de septembre

Cliquez ici pour télécharger la dernière newsletter

Éditorial – par Jean-Jacques Tyszler

Les théorèmes d’incomplétude de Gödel ont marqué un tournant décisif dans l’Histoire des mathématiques et des sciences en général car il était démontré qu’existaient des propositions formellement indécidables. Toute théorie est incomplète. Le scientisme actuel qui prétend tout comprendre des dits troubles « neuro-développementaux » de l’enfant est une aberration scientifique. L’offensive qui est en cours pour inféoder le champ médicosocial à des plateformes uniquement dédiées au dépistage des seules maladies prétendument neurologiques de l’enfant est une faute éthique : c’est laisser à l’abandon des milliers de petits patients souffrant des symptômes les plus variés et pâtissant de l’enfermement et de la désocialisation en lien avec la fermeture des écoles des mois durant. Le poids des « experts » et les polémiques médicales suscitées autour du Covid se nourrissent du même constat : personne ne peut accaparer la vérité au milieu de tant d’incertitudes. La puissance publique se doit néanmoins « de gérer » la crise, au risque d’approximations et de contradictions.

Lire la suite

Covid-19

Antenne de paroles
des psychanalystes bénévoles à l’écoute des soignants

Face à un épuisement psychique, à des moments d’angoisse, de tristesse, de symptômes somatiques, l’effervescence anxieuse autour de soi, la présence de la mort, la Fondation Européenne pour la Psychanalyse a décidé de mettre à votre disposition une antenne psychanalytique de paroles.
Avec cette initiative, nous proposons aux soignants de pouvoir
prendre contact avec des psychanalystes formés et expérimentés.

Si vous n’avez pas le code d’accès à cette Antenne envoyer un mail à :
antennepsychanalytiquefep@gmail.com

Pour toute information complémentaire :
Aspasie Bali
Téléphone : 06 48 01 14 24

Édito de septembre 2019

Une association de psychanalystes peut-elle être
démocratique ? C’est ce qui sera mis en débat au congrès de Palerme, du 24 au 26 octobre 2019.
Aucune association de psychanalystes ne « forme » de psychanalystes.

lire plus

Les prochains colloques
de la FEP

sur ZOOM
16-17-18 octobre 2020
de 16 h à 19 h 30

Journées « Étourdites » : 2020
Inconscient et trauma

Lire la suite

Cliquez ici pour télécharger
le programme 

sur ZOOM
21 novembre 2020 de 15 h à 19 h

Féminisme et psychanalyse

Lire la suite

BARCELONE
du 1er au 3 octobre 2021

Nom propre, symptôme et autres suppléances dans la clinique psychanalytique

Lire la suite

FLASH NEWS

L’affaire du Nouvel Observateur

Le vendredi 25 octobre, nous sommes au Congrès de Palerme. Nous apprenons qu’une tribune vient de paraitre dans le Nouvel Observateur. Elle demande l’interdiction de la psychanalyse dans les tribunaux, et l’interdiction de son enseignement à l’université. Dominique Roth, un contact de Gérard Pommier, nous communique le texte et il propose les grandes lignes d’un droit de réponse. Dans le bar d’un hôtel, le soir du 26 et jusque tard dans la nuit, Aspasie Bali, Gorana Manenti, Gérard Pommier et Jeannette Daccache qui passait dans le hall, rédigent un droit de réponse. Vous pouvez retrouver ces tribunes sur le site du Nouvel Observateur, en tapant « psychanalyse » dans l’onglet recherche. Il nous a paru inutile de chercher à obtenir d’autres signatures, car plusieurs analystes en vue avaient annoncé qu’ils préféraient ne pas répondre. Il nous a semblé qu’entrer dans une discussion pour les convaincre aurait fait perdre du temps. Le dimanche matin, nous envoyons donc notre droit de réponse au Nouvel Observateur. Le lundi matin, il est publié. Mais cela ne s’arrête pas là. Le mardi, une journaliste du figaro expose les arguments de la tribune de Sophie Robert sur quarante lignes, et nos arguments sont résumés en huit lignes. La présentation de cette journaliste est nettement défavorable à la psychanalyse.

L’affaire du Nouvel Observateur

Cette tribune du Figaro est beaucoup plus nocive, car elle est publiée sur la version papier. Nous demandons aussitôt un nouveau droit de réponse. Le Figaro ne répond pas. Nous relançons, et cette fois-ci le Figaro publie seulement le lien qui renvoie au site du Nouvel Observateur. Ce n’est pas ce que nous avons demandé. Nous voulons une réponse sur la version papier. On en est là, au moment où ces lignes sont écrites. Entre temps, les psychanalystes universitaires membres du CNU publient un texte qui est vraiment bien. Ils l’envoient au Nouvel Observateur. Mais c’est un peu trop tard. Le Nouvel Observateur accepte de le publier, mais seulement sur le site cadenassé réservé aux seuls abonnés.
Si l’on voulait tirer la morale de cette histoire, nous avons l’impression qu’une majorité importante de collègues préfèrent adopter des positions défensives, ou même le silence. Cela nous semble une erreur. La muraille de Chine ou la ligne Maginot n’ont jamais servi à rien. Machiavel écrit que lorsqu’une guerre se déclare, les forteresses sont toujours les points les plus faibles. Donc, nous nous demandons s’il n’y a pas lieu d’insister pour obtenir un droit de réponse du Figaro. Cette fois-ci, nous avons demandé à une large communauté de collègues ce qu’ils en pensent. Nous en sommes là, à l’heure où ces lignes sont écrites.

Gorana Manenti, Aspasie Bali, Jeannette Daccache, Gérard Pommier

 

Facebook
error: Contenu protégé